Adaptation au changement de climat – Réponse au changement du littoral et à ses dimensions humaines en Afrique de l’Ouest dans le cadre de la gestion intégrée du littoral (ACCC)

Contexte du projet :

L’environnement marin et côtier interdépendant de la Mauritanie, du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée Bissau et du Cap-Vert constitue un écosystème très riche, générateur d’une importante biodiversité marine. Il offre également d’importantes opportunités aux populations côtières en termes de moyens de subsistance. Toutefois, de nombreuses évaluations basées sur des communications nationales par pays soumises au CCNUCC, la deuxième évaluation du Groupe intergouvernemental sur les changements climatiques, ainsi que les projets FEM tels que l’African process sont arrivées à la conclusion que l’érosion côtière généralisée en raison des changements climatiques constitue l’un des problèmes environnements les plus graves qui attend la région. Même si l’érosion côtière et la sédimentation se sont manifestées depuis des siècles dans ces pays, et qu’elles ne sont pas seulement une conséquence des changements climatiques dus à l’émission du carbone anthropique, les deux processus sont fortement tributaires des changements des conditions climatiques. Les scénarios de changements climatiques dans la région ouest africaine comprennent entre autres l’augmentation projetée de la température de surface moyenne pouvant aller jusqu’à 0,5º C par décennie, l’évapotranspiration accélérée, la variabilité et l’intensité accrues des précipitations, l’élévation accélérée du niveau de la mer d’environ 1 m par siècle, le ralentissement des remontées d’eau dans les côtes, conséquence de l’affaiblissement de la zone de haute pression des Açores et de l’alizé, exacerbée par la perturbation des panaches d’eau douce d’origine continentale. Les changements qui en découlent dans les conditions hydrographiques et océaniques du fait des changements climatiques risquent d’exacerber l’érosion côtière et les problèmes de sédimentation dans la région ouest africaine. Etant donné qu’ils sont tous situés dans l’Ecosystème Marin du Courant du Canari (et par conséquent alignés sur une importante transition environnementale qui risque d’être modifiée par l’élévation du niveau de la mer et les changements climatiques), les cinq pays pourront mieux identifier et faire face aux changements des conditions climatiques, hydrographiques et océaniques vers le nord le long de la côte, accompagnés d’un réchauffement planétaire, s’ils comprennent les caractéristiques et les processus des Etats voisins.

Objectifs :

Objectif Global:

  • Maintenir ou de renforcer la résistance des écosystèmes aux changements climatiques le long de la côte du courant du canari

Objectifs spécifiques :

  • Meilleure intégration des problèmes liés aux changements climatiques dans les activités en cours ou prévues prenant en charge l’intégrité des écosystèmes, notamment la gestion et l’utilisation des ressources de la biodiversité.
  • Maintien de la stabilité des écosystèmes compte tenu des changements climatiques pour une meilleure gestion de la biodiversité

Résultats attendus :

  • Mise en œuvre d’activités pilotes pour renforcer la capacité d’adaptation et la résistance des écosystèmes côtiers dans les régions vulnérables aux méfaits des changements climatiques
  • Intégration des questions relatives aux changements climatiques et à l’adaptation dans les politiques et programmes de gestion des zones côtières
  • Renforcement de la lutte contre l’érosion côtière et le renforcement des capacités en matière de gestion et de planification côtières

Agence d’exécution / principaux partenaires :

  • Ministère délégué auprès du Premier Ministre, chargé de l’Environnement